Le Colombier

Ce qui frappe en arrivant à l’Hermerel , c’est cette  imposante tour cylindrique : ce colombier témoin de la grandeur passée de cette ancienne seigneurie.

Un peu d’histoire …

En effet, posséder un colombier était un privilège, un signe de noblesse, car seuls les seigneurs avaient le droit de posséder un  tel bâtiment. Et c’était aussi un signe de richesse car plus on possédait de terres plus le colombier pouvait être important.

Le droit de colombier obéissait à des lois très strictes. Ce droit appartenant au fief était un droit féodal. Ici on dénombre entre 600 et 700 nids appelés boulins. Cela  signifie probablement  que la  propriété  s’étendait sur 300 à 350 ha. Ce fut un des premiers privilèges abolis pendant la fameuse nuit du 4 août 1789. Car en Normandie on n’ interdisait pas la sortie des oiseaux pendant les semailles et les récoltes, ce qui entraînait de graves préjudices et augmentait le mécontentement des paysans voisins.

Un intérêt économique ….

Avant la révolution il existait 42000 pigeonniers en France qui fournissaient 16 800 000 pigeonneaux soit 4 200 000 livres de viande fraîche.

C’était donc un apport de nourriture très apprécié tout au long de l’année.

La vente des pigeonneaux très féconds: 1900 pigeonneaux pour 200 couples, la vente des pigeons réformés et engraissés  étaient source de revenu non négligeable.

Mais la vente  ou l’utilisation directe de la colombine ( fiente de pigeon ) qui est le meilleur de tous les engrais, en effet 5 kg de colombine valent 100 kg de fumier,   était d’un grand intérêt. Sachant que la production journalière d’un pigeon est 40 g par jour, on peut facilement estimer la production annuelle  : à vos calculettes!!

Sans oublier la vente des plumes stérilisées dans un four à chaleur sèche, tout ceci contribuait à donner , au delà des symboles de noblesse et de richesse, un vrai intérêt économique à la présence de ce colombier.

 Description architecturale…

 A l’origine une demi voûte pour fermer partiellement l’édifice. Les oiseaux entraient par le haut (par l’oculus sommital). Cette forme circulaire nécessitait de très larges assises, les murs ont une épaisseur de 1,10 m.

Pour nettoyer les nids ou attraper les pigeons, il y avait une échelle tournante appelée également potence. A un axe central était fixée une poutre au bout de laquelle s’appuyait une échelle.

 

L’utilisation récente…

 Le privilège étant abolit, le pigeonnier fut affecté à diverses utilisations: d’abord grenier à foin et étable à veaux, puis réserve de munitions du camp allemand installé ici pendant la 2nde guerre mondiale, réserve de bois et niche pour chien !!!

… et maintenant coin pique-nique pour vous en attendant une prochaine restauration.

 

Pigeonnierporche
colombier
interieur pigeonnier
pigeonnier